June 05, 2018

« Le chien, c'est la vertu qui, ne pouvant se faire homme, s'est fait bête. »

Victor Hugo

Il est bien connu en Europe que nous entretenons un fort rapport affectif à nos compagnons poilus. Partenaires de vie, complices, membres à part entière de la famille, ils illuminent nos vies et pour tout les maîtres, on ne peux concevoir notre vie sans. Mais d'où nous vient cette relation privilégiée et qu’en est-il chez nos voisins du monde ?

En terme de symbolique, Anubis est le dieu égyptien des morts représenté par une tête de chien. Dans l’Égypte antique, le chien était également l'un des douze animaux sacrés associé aux douze heures du jour et de la nuit.

Chez les Celtes, le chien était considéré comme un animal au courage exceptionnel. Qualifier quelqu’un de « chien » dans cette civilisation, était rendre hommage à la bravoure de l’intéressé. Le héros Cúchulainn (chien de Culann) de la mythologie celtique irlandaise en est l’image la plus emblématique.

Pour les Chinois, le chien est le onzième des douze animaux qui apparait dans le zodiaque. Il est dit sensible à tout ce qui touche à l’injustice, intelligent et serviable.

Pour les Musulmans le chien a un côté obscur qui en fait un être impur, à l’exception du lévrier qui est considéré comme un animal noble.

 

Cette dualité a valu au chien un certain nombre d’expressions peu flatteuses : « un caractère de chien, un temps de chien, traiter quelqu’un comme un chien, avoir une vie de chien… ». Rares sont les déclinaisons élogieuses telles que « avoir du chien »..

De manière générale, le rapport entre Homme et animal remonte à des temps immémoriaux. Dans un premier temps, il est un compagnon de chasse, le gardien du troupeau, on le rapproche des Dieux dans l’Égypte antique, mais l’antiquité et la religion posent les différences. Les chiens sont au Moyen Âge plutôt considérés comme de fidèles compagnons par les chrétiens, tandis que les hébreux et les musulmans continuaient à mépriser les chiens sauvages ou marrons rôdant en bandes affamées, volontiers charognards, propageant la rage.

 

Dans l'Antiquité grecque, le chien est également utilisé lors d'insultes : ainsi, Agamemnon traite-t-il Achille « d'Homme à l'œil de chien, au cœur de cerf ». Le juron préféré de Socrate est Par le chien, et se rapporte au dieu égyptien Anubis.

 

Plus tard, sous l'Empire romain, ils étaient des animaux de compagnie, des gardiens de troupeaux et utilisés pour la chasse.

 

Au Moyen Âge, dans les campagnes et les milieux populaires, les chiens suscitaient des peurs collectives et faisaient l'objet d'exterminations quotidiennes31. Pour la noblesse, en revanche, ce fut l'âge d'or de la vènerie.

 

À la Renaissance, la passion des hommes pour la chasse parvint à conserver une place aux chiens dans la société. La noblesse considérait le chien comme un signe de puissance et de grandeur. Ceci permit le développement de races de chiens de compagnie.

 

Au 19e siècle, la population de chiens connait une expansion numérique. Il est devenu un animal commun. Vers 1855, les anciennes races de chiens sont reconnues officiellement tandis que de nouvelles races créées par l'homme apparaissent. C'est l'apparition de la cynophilie (qui aime les chiens).

À la Belle Époque, puis entre les deux guerres, les artistes, les écrivains, et les politiciens choisissent des animaux qui les différencient du commun tel que les teckels par leurs petites tailles ou encore les caniches pour leurs poils.

 

Le 3 novembre 1957, Laïka (du russe : Лайка, « petit aboyeur »)note 2, une chienne du programme spatial soviétique devient le premier être vivant mis en orbite autour de la Terre. Elle a été lancée par l'URSS à bord de l'engin spatial Spoutnik 2, un mois après le lancement du premier satellite artificiel Spoutnik 1.

Le Canin dans l’art, prend une place toute particulière, les premières représentations du chien dans la peinture et la sculpture apparaissent dès l'Antiquité. Compagnon de chasse au Moyen Âge, il est représenté dans les enluminures et les peintures murales. Dans les peintures de la Renaissance, il est représenté dans les scènes de vie quotidiennes. C'est à partir du XVI siècle que l'on voit apparaître les premiers portraits seuls de chien. Mais c'est au XVIII siècle que l'on voit apparaître un véritable engouement pour la peinture animalière avec des artistes comme Alexandre-François Despotes.

Au XIX siècle, le peintre Louis Godefroy Jadin, peintre de la vénerie sous Napoléon III, est surnommé par Arsène Houssaye le « Michel-Ange des chiens ».

 

Le chien est présent très tôt dans la littérature. C'est un symbole de fidélité comme dans le cas d'Argos, qui dans l’Odyssée reconnait son maître Ulysse à son retour et meurt ensuite. Il n’est pas non plus oublié dans les romans tels que « Le Chien des Baskerville », une aventure de Sherlock Holmes, le détective inventé par Arthur Conan Doyle, Lassie, chien fidèle de Eric Knight, ou « Cujo » de Stephen King.

 

Dans la bande dessinée, le chien se veut compagnon et fidèle ami du héros comme Milou, Rantanplan et Idéfix, ou bien personnage à part entière comme Bill, Cubitus et Snoopy.

Le chien est également à l’honneur au cinéma et à la télévision comme dans Beethoven, Lassie, Belle et Sebastien, Rintintin ou encore Rex.

 

Le chien comme partenaire de la vie. Ce raisonnement ne peut être appliqué tel quel à des personnes appartenant à d’autres pays et d’autres cultures: les grandes organisations de défense des animaux ont pu en faire l’expérience, elles qui réalisent, dans divers pays du monde, des projets axés sur la pratique inspirés par la culture et la religion occidentales; elles se heurtent souvent à l’incompréhension, pour ne pas dire au refus de la population et des gouvernements locaux.

Le plus bel exemple en est l’évolution du droit des animaux. Au Pays-Bas, le parti politique «  Partij voor de Dieren », soit «Parti pour les animaux», s'est lancé en 2003 et a accueilli des adhérents à la pelle dès ses premiers mois d’existence.

 

Le Parti animaliste contre la maltraitance animale (Pacma) monte doucement en Espagne (1,19% aux dernières élections) tandis que le Parti de protection des animaux, en Allemagne, est un pionnier créé en 1993 mais stagne aujourd'hui autour de 1% des voix. En France, personne ne se consacre exclusivement à ce sujet. Les partis écolos sont toutefois de bons défenseurs des animaux, selon le classement du site Politique & Animaux.

Nous n’avons pas fini d’entendre parler de la vie de nos compagnons du quotidien, mais l’enjeu aujourd’hui est de faire cesser les violences perpétrées à leur encontre. Le chien est le meilleur ami de l'homme. Il incarne à lui tout seul l'amour inconditionnel, l'amitié, la fidélité à toute épreuve, la confiance, la reconnaissance, le courage... toutes les qualités que l'on apprécie chez l'homme, car comme le dit Alexandre Vialatte : "Ce qu'il y a de meilleur dans l'homme, c'est le chien. » Car, en effet, le chien est le seul être qui t'aime plus qu'il ne s'aime lui-même.

 


Leave a comment

Comments will be approved before showing up.

Pré-commander